Zwitter is my passion! (PART II)

fashion zwitter

 

(This is the second part of the interview. You can read the Part I of the interview here)

LS: The fashion industry is very tough, there is a lot of competition. How do you find the courage to not be “mainstream”?
Angela: I will not lie, it is not always easy. It is a challenge to start your own company, especially since I started it in 2011 when was still in school. I was 23 and I knew nothing about the business world. As a young person studying fashion and looking from the outside, I only saw the positive side, the fashion shows etc, but soon you realize that it is difficult to affirm yourself in an environment where there is a lot of competition. However, this really isn’t a job for me, it’s a passion. My first two collections for example, I did not try to sell them. I think I probably haven’t seen all the challenges yet, but I think that when you are passionate about something, even if it’s hard, it’s a passion and passion makes us live. From the moment you live with this desire to create, you can overcome the obstacles, be it financing, competition, language barrier, distribution etc.. I think the most difficult part is seeing how people will react to your work, and accepting that some of them may not like it. We can take it personally and I think that is the hardest part.

10506856_1437506043194230_5779604166142869744_o

LS: At the beginning you said you did not try to sell your creations, but now you do. Is it because you realized that in order to live from your passion, you have to sell?
Angela: Yes. Before I worked for designer companies. I could not fully live my passion working 8h-10h for someone else. So I decided to work full time for Zwitter.

LS: “You can not be really first rate at your work if your work is all you are.” is a quote by a writer Anna Marie Quindlen. What do you think?
Angela: I think it is not possible when you are an artist. An artist is constantly inspired. There is not a day I do not pronounce the word Zwitter, because everything inspires me. A conversation with a person, a political situation, an exhibition, my family … When you’re an artist, you need to be focused all the time. Your clothing or your table or your music must be a witness of what happened at a particular moment in time. If you is not focused 100%, you’ll miss something.

10382083_1437506119860889_7933928338391994068_o

LS: Who were the most important people on your journey as an artist?
Angela: Those who really encouraged me to be in the field of fashion were my parents. My father is an interior decorator, so “art” was at home, fine arts books etc. My mother was a seamstress. We had a sewing machine at home, you learn to buy fabrics for sewing your own sheets, rather than buying ready made ones. There was this tradition of making things by hand. I first learned to sew on my own, and then I went to learn it in school. I wanted to improve, to learn how to make volumes, 3D, clothing.

LS: It is important for a designer to know how to sew?
Angela: Maybe my point of view will create controversy but for me, a stylist who only knows how to draw is not a complete designer. It is like saying you know how to bake a cake, but when they tell you “do it” you can not do it. You can be much better at drawing than sewing, but a fashion designer is supposed to be able to do both. Otherwise you are lying to your client when you say you created a garment. That’s my point of view, but than everyone acts according to their own disposition.

10550065_1437506083194226_4842978370077227761_o

LS: Famous people who have inspired you?
Angela: For example Basquiat or Keith Hering. Basquiat was a precursor of a movement called  figuration libre – a French art movement of the 1980s. At the time he wrote on the walls a lot. He brought his art on the street.  When you look at his paintings today, to  understand them you do not need to know the political contexts. His work reflects what was happening at that time in society, as a sort of biography, which is accessible to everyone, whether you are illiterate or a child and irrelevant of social status.
I like precursors, all persons who are pioneers in something. This is what comes closest to who I am, with the artistic movement that comes out on the streets and touches people. I like their mindset, who they are, what they have managed to do artistically. In music, I would say Michael Jackson, because besides being a good singer, he was the pioneer of the music video.

LS: Do you have other passions? Do you feel the need to “sacrifice” them to devote yourself to fashion or do you manage to integrate them in your work?
Angela: Contemporary dance is my other passion. Yes, it’s true that you can not do everything in life but I say, “OK, I may not be able to commit myself to dancing 100%, even though it is my passion, but I can integrate it by shooting a video with dancers for example.” I always try to do things that I love. It is true that we are sometimes have to to sacrifice a little certain passions, but not entirely. You can always incorporate what you love in what you do. Even if it is something unusual.

LS: Writers are known to suffer from “writer’s block”. Does something similar happen to the designers? Has it happened to you?
Angela: “Je touche du bois”, I never had it. I have collections that I haven’t even shown. I create new things all the time. But I think maybe one day it might happen. Then again, I think it happens more when you follow a trend and when you have a constraint even before you begin creating. But when you’re like me, inspired by my friends, my surroundings,  then you don’t run out of inspiration.
Before the new collection was created I was with a group of girlfriends and we talked for 3 hours about how in New York women were much more eccentric. I have a friend who worked at Givenchy and she is obliged to be dressed all in black, it is standardized. All this inspired me. I realized that women are constrained sometimes, so I really wanted to show her naughty side but without being vulgar.
For my first collection, I made clothes that suited women and men. We spoke with a group of friends and the girls said how they liked to “steel” their boyfriends hoods and the guys were saying that there was a lot more choice in clothing for women. And I was like “WOW, wouldn’t it be great if one day there would be a store with unisex clothes. I’ll challenge myself, I’ll make hoods that will suit men and women. “And in every collection I do has is a story like that. As long as I will go out and have my discussions with my friends, I will be inspired.

LS: Dean, you have an external view of Zwitter, you start working with Angela a few months ago as director of communication. What is your vision?
Dean: I think it’s a great adventure and Angela has a lot of talent. And I love all the collections she does. When I saw them, I immediately wanted to participate because at the time she had no communication staff and I thought “this  she’s gonna go up and I have to do something. I have to help her. “If you do not know how to present your product, if you do not know how to give love to the people Who are Supposed to embrace it, it does not work. You have to give your heart, your love. That’s what I’m trying to contribute. Angela is very passionate, very dynamic and I think that in 5 years, she’s gonna skyrocket.

LS: I hope so. I think we need visions like yours in fashion, but also beyond. Angela, do you want to leave a message to other young designers?
Angela: If I may leave a message as a fashion designer: really see fashion as a passion, be passionate and if you are confident about what you are doing, and if what you are doing is “clean,” one day it will be accepted and you will be proud. If you can make a humble and sincere fashion, if you are really passionate, you will succeed.  And one more thing is very important: What is also important: promotion of your work and creations rather than self promotion.
LS:Thank you Angela. I think you’re very brave and I wish you the best for your new collection and for the future. I hope you continue on this challenging path that you have chosen.
Angela: It is not an easy path, but we only have one life. If you don’t do what you love and if you do not try anything, you will miss out.

You can read the Part I of the interview here

You can visit ZWITTER at the new website www.zwitter.fr

 

Lana

***

(Vous pouvez lire la premiere PARTIE de l’interview ici)

LS: On entend que l’industrie de la mode est très dure, il y a beaucoup de concurrence. Comment tu trouves le courage de ne pas tomber dans le “mainstream”?
Angela: Je ne vais pas mentir, ce n’est pas facile tous les jours. C’est un challenge de monter sa boite, surtout que je l’ai monte en 2011 quand étais encore en études. J’avais 23 ans et je ne connaissait rien au monde de l’entreprise. Autant qu’un jeune qui fais des études de mode et qui voit les choses de l’extérieur, on voit que le cote positive, on se dit qu’on va faire des défilés et que ça va être trop cool, mais on se rend vite compte que c’est difficile de s’imposer dans un milieu ou il y a énormément de concurrence. Mais c’est vraiment pas un job pour moi, c’est un passion. Mes deux premieres collections, je n’ai pas cherché à les vendre. C’est maintenant que je cherche vraiment à vendre ce que je fais. Je pense que je n’ai pas encore vue tous les difficultés, mais quand on est passionné par une chose, même si c’est dur, c’est pas un job, c’est une passion et c’est ce qui nous fais vivre. A partir du moment où on vit avec cette envie de créer, on passe outre tous les problèmes que ce soit le financement, la concurrence, la barrière de la langue, la distribution etc. Apres, ce n’est pas facile de voir que ce qu’on fait, surtout quand on a autant à coeur une collection comme moi, que certaine personnes peuvent ne pas aimer notre travail. On peut le prendre personnellement et je pense que c’est ce qui est le plus dur, au de-la du financement ou de tous les aspects d’une entreprise.

LS: Au début tu as dit que tu n’as pas cherché à vendre, alors qu’aujourd’hui ça a changé. Est-ce parce que tu t’es rendu compte que pour pouvoir vivre de ta passion, il faut vendre?
Angela: Oui. Avant je travaillais pour des boites de couture. Du coup, je ne pouvais pas vivre de ma passion. De 8h-10h de la journée je vivais pour la passion de quelqu’un d’autre ou j’exécutais, et quand je rentrais je devrais vivre avec l’énergie qui me restait de ma passion. Donc j’ai décidé de travailler à temps plein pour Zwitter.

LS: “You cannot be really first rate at your work if your work is all you are.” citation de Anna Marie Quindlen. Qu’est ce que t’en penses?
Angela: Je pense que ce n’est pas possible chez les artistes. Un artiste est en perpétuelle inspiration. Il n’y a pas un jour ou je ne prononce pas le mot Zwitter, parce que tout m’inspire. Une conversation avec une personne, une situation politique, une expo que je vais voir, ma famille…
Quand t’es un artiste, tu as besoin d’être tout le temps “focused” par rapport à ton travail. Ton vêtement ou ton tableau ou ta musique doivent être un témoignage de ce qui s’est passé au tour de toi à ce moment-là. Si tu n’est pas “focused” à 100%, tu vas rater quelque chose.

LS: Quelles personnes étaient importantes sur ton chemin d’artiste, créateur?
Angela: Ceux qui m’ont vraiment poussé à être dans le domaine de la mode c’étaient mes parents. Mon père est décorateur d’intérieur, donc il y avait “ça” à la maison, les livres beaux-arts etc. Ma mère était couturière. Machine à coudre à la maison, on apprend à acheter des tissus pour coudre des draps, plutôt que d’acheter des draps tout faites. Il y avait vraiment cet automatisme de faire les choses maison, à la main. Et j’ai d’abord appris à coudre toute seule, et après je suis parti dans une école de couture. Je voulais me perfectionner pour apprendre à faire des volumes, tout ce qui est 3D, vêtements.

LS: C’est important pour un créateur de savoir coudre?
Angela: Alors, ça va peut-être créer de polémique mais pour moi, un styliste qui ne sait  que juste dessiner n’est pas un créateur complet. C’est comme si tu sais tous les ingrédients pour faire un gâteau mais quand on te dit “fais le”  tu ne peux pas le faire. Tu peux être beaucoup plus fort en dessin qu’en couture mais un créateur de mode est censé savoir autant dessiner que coudre. Sinon c’est donner du mensonge à ton client. Apres chacun fait ce qu’il veut.

LS: Personnes célèbres qui t’ont inspirés?
Angela: Par exemple Basquiat ou Keith Hering. Basquiat était un précurseur d’un mouvement qui s’appelle la figuration libre. A l’époque il dessinais  beaucoup sur les murs. Il a ramené son art dans la rue. Il était un précurseur de tout ce qui est tag et graffiti. Quand on regarde ses tableaux aujourd’hui, pour les comprendre on n’a pas besoin d’avoir fait des études ou de connaitre les contextes politiques. Son travail retranscrit ce qui se passait à cette époque dans la société, comme une sorte de biographie, qui est accessible à tout le monde, que tu sois analphabète ou que tu sois aisé ou pas.
J’aime les précurseurs, toutes les personnes qui sont pionniers de quelque chose. C’est ce qui se rapproche le plus de ce que je suis, avec le mouvement artistique qui descend dans la rue et qui va toucher le peuple. J’aime leur état d’esprit, ce qu’ils sont, ce qu’ils ont réussi à faire au niveau artistique. Au niveau musique, je dirais Michael Jackson, parce que au-delà du fait que c’était un bon chanteur, il a était le pionnier du clip vidéo.

LS: Autres passions? As-tu l’impression de devoir les “sacrifier” pour te consacrer à la mode ou arrives-tu à tout intégrer?
Angela: La danse contemporaine me passionne énormément. Oui, forcement on ne peut pas tout faire dans la vie mais je me dis :”OK, je vais peut être pas pouvoir faire de la danse à 100% même si c’est ma passion, mais je vais pouvoir l’intégrer, par exemple faire une vidéo avec les danseurs. J’essai toujours de faire des choses que j’aime. Il est vrai qu’on est oblige de sacrifie un peu certains passions, mais pas entièrement. On peut toujours intégrer ce qu’on aime dans ce qu’on fait. Même si c’est hors du commun.

LS: Les écrivains peuvent avoir la “page blanche”. Ça arrive aux créateurs? Est-ce que ça t’arrive?
Angela: Je touche du bois, ça ne m’est jamais arrivé. J’ai des collections chez moi que je n’ai même pas encore montré. Je crée tout le temps des nouvelles choses. Mais je pense peut-être qu’un jour, oui ça m’arrivera. Après, je pense que ça arrive plus quand on suit une tendance et qu’on a une contrainte déjà avant de créer. Mais quand on est comme moi, qu’on s’inspire de ces potes, de son entourage, on est constamment inspiré.
Avant de faire la nouvelle collection était avec un groupe de copines et on parlait pendant 3 heures du fait qu’à New York les femmes étaient beaucoup plus excentriques. J’ai une copine qui travaille chez Givenchy et elle est obligée d’être habillé tout en noir, c’est uniformisé. Tout cela m’a inspiré, la femme peut être contrainte, alors je voulais montrer son côté coquin mais sans être vulgaire.
Pour ma première collection, j’avais faits des vêtements qui allait à la fois aux femmes que aux hommes. On parlait avec un groupe des potes et les copines disaient qu’elles aimaient bien piquer des vêtements de leurs copains et les mecs qui disaient qu’ils trouvaient que chez les femmes il y avait beaucoup plus de choix. Et je me disais “WOW, ça serait génial si un jour il y aurait un magasin où il y aurait des vêtements ni féminin ni masculin. Je vais faire un challenge, je vais faire des vestes qui vont aller chez les femmes et aux hommes.” Et dans chaque collection que je fais il y a une histoire comme ça. Tant que je sortirais et que j’aurais mes conversations avec mes amis, je serai inspirée.

LS: Dean, tu as une vision externe de Zwitter, tu commences à travailler avec Angela depuis quelques mois en tant que chargé de la communication digitale. Quelle est ta vision?
Dean: Je pense que c’est une formidable aventure et qu’Angela a beaucoup de talent. Et j’adore toutes les collections qu’elle fait. Quand je les ai vu, tout de suite je voulais participer parce que à l’époque elle n’avait pas de staff de communication et j’ai pensé “cette file-là, she’s gonna go up and I have to do something. I have to help her.” If you don’t know how to present your product, if you don’t know how to give love to the people who are supposed to embrace it, it doesn’t work. You have to give your heart, your love. C’est ce que j’essaie d’apporter. Angela est très passionnée, très dynamique et je pense que dans 5 ans, she’s gonna skyrocket.

LS: Je l’espère. Je pense qu’on a besoin de visions comme la tienne dans la mode, mais également au-delà. Angela, veux-tu laisser un message aux autres jeunes créateurs?
Angela: Si je peux me permettre de laisser un message en tant que créatrice de mode: voyez vraiment la mode comme une passion, soyez passionné et si vous êtes sur de ce que vous faites et que ce que vous faites est “clean”, un jour ça sera accepté et ce jour-là ça sera la plus grande fierté de votre vie. Si on arrive à faire une mode humble et sincère et que c’est vraiment quelque chose qui passionne le créateur, ça ne peut que marcher. Ce qui est aussi important: mettre ces créations en avant plus que notre propre personne.

LS: Merci Angela. Je pense que tu es très courageuse et je te souhaite le meilleur pour ta nouvelle collection et pour le futur. J’espère que tu continueras sur cette voie que tu as choisie et qui n’est pas simple.
Angela: Non, ce n’est pas simple mais on n’a qu’une vie. Si on fais pas ce qu’on aime et si on ne tente rien, on passe à coté de quelque chose.

Vous pouvez lire la premiere PARTIE ici

Le nouveau site web de ZWITTER est en ligne! www.zwitter.fr

MY 7 CHOSEN WORDS: 1.Love 2.Stubborn 3.Dreamy 4.Fruity fragrance 5.Stories 6.Extraordinary 7.Humans lana@lestandart.com

Comments are closed.