“Zwitter is my passion!” (PART I)

Zwitter fashion

 

In the interview “Zwitter is my passion!” the young designer and creator of the fashion brand Zwitter talks about her passion for fashion, her inspirations and the challenges she faces as a young entrepreneur. A nonconformist, she bravely doesn’t bow to the trends. This young artist sees fashion as an art rather than a business and she leaves us this universal message. “You only have one life. If you do not do what you love and if you don’t try anything, you miss out.”

Location: WANDERLUST, terrace next to the City of Fashion and Design in Paris
Date and time: July 9, 2014 at 15h
Angela: Fashion designer and creator of Zwitter, training: styling & modeling, age: 26 years, based in Paris
Dean: Director of web communications
Interview: by Lana

LS: Can you tell me a little about your philosophy?
Angela: My philosophy is “be yourself.” For me, fashion should be on the streets. It should allow the individual to express his/her personality. That is why I am inspired by people who surround me.
I love certain luxury brands because I have worked for them, for Chloe,  for Givenchy, etc.. and I see the relationship they have with fashion.  Even though I love what they do, I find it that sometimes the clothes do not reflect the personality of the clients. Through Zwitter, I can truly reveal the personality of the people who inspire me and I can be myself. I’m really inspired by people who surround me, I observe how people  feel in society, what they are looking for … I love being in the process of understanding how you feel, what you need in a store, how you want to wake up etc.. And then I’ll work from there.
I did not want to fall into the trap of doing fashion for doing fashion. My collection has to tell a story.

10382352_1437506129860888_2731086333649964819_o

LS: You think many people fall in the trap of ” doing fashion for doing fashion?”
Angela: I can not answer for other people, but for me, if you look at fashion, everything looks the same. You always have the same cuts, the same trends. I feel like certain designers slowly get trapped in a trend, perhaps because they are afraid of not making sales. In that sense I’m a nonconformist. When I work on a collection I will not limit myself with a schedule or a trend. I want to design clothes, but I also want to create a product that I like, which will reflect me, in which each person can find themself, regardless of trends. For example, I could not tell you which is the first trend this year because it does not interest me. Each person reveals him/herself, everyone has their favorite colors and I don’t want to force a person to wear yellow for example. For me, fashion is a kind of huge dressing where everyone will find what they like and be able to easily mix it with what they already have.

LS: How and when did you realize you wanted to be a fashion designer?
Angela: I’ve studied fashion and I also have a character which makes it difficult for me to work for someone else. Already as a little girl I knew I would start my own company. I knew I did not want to be an employee. I took some time to know exactly what I wanted to do, but I already knew that I wanted to be in the field of fashion.
I am a person who is a little hyperactive, that is to say, at my place there is a huge amount of clothes, I keep sewing and sewing …
This profession is really a passion for me and I’m lucky that I can make a living from it today. I love to sew, I love dressing people … it is a little bit like when you’re little and you play with dolls.

10483184_1437506116527556_7497589695770020992_o

LS: What is your vision for Zwitter for this year?
Angela: “I want people to adhere to the Zwitter “state of mind”. It is a way to see fashion. It may be pretentious to say that, but that’s what I would like.
In Zwitter, I work a lot on the cuts and the materials, but I’ll never charge extremely high prices. Because I am against this fashion that is too expensive and is made for the privileged. I want to create beautiful fashion, with beautiful cuts, a fashion that comes out on the streets.
I would like to further develop men’s ware in  Zwitter, as well as accessories, especially luggage. Having worked for Chloe in leather, I realized that this is  something I really love. Everyone can wear it, all the time. A bag can become almost like a friend, especially for women.

LS: Who are you creating for? What kind of persons wear Zwitter?
Angela: Zwitter is made for a person who will really be confident and express the person she wants to be. The new collection represents the modern woman. I see two aspects of personality. One is what we display and the other is what we really are. The new collection is exactly that. There is a lot of transparency, it is “borderline” between sensual and correct. The modern woman wants to please, she wants to be beautiful but not vulgar. She is becoming stronger and she chooses what she wants to show. This is why the opacity of the garment is really borderline. For example the opacity of skirts will be revealing, but not too much. The new collection will also contain large skirts like those worn by our mothers in the style of contemporary dance with  very subtle transparencies under certain angles of light. And I think it accurately reflects the nature of women, especially women of today.

10495025_1437506076527560_6789902587730118517_o

LS: You did not choose the easiest way..
Angela: No, I did not choose the easy way because it is useless to take the easy way. A designer must challenge him/herself. It is useless to do fashion for the sake of doing fashion. A designer garment should have a story to it. There is so much competition that if you do not have a story, there is no point. Especially when one is a young designer. If I just want to buy a classic garment, I can go into a random store to get it. If I buy a designer garment, I want it to come with a story because it is a garment that I will keep for years. I want it to be a piece that tells my story, that lives with me. This is my approach when I create clothes. I want the client to come out with a piece of clothing that tells her story and with which she can easily dress up. For example, if my garment is slightly eccentric, it will suite a person who is a little eccentric but who doesn’t necessarily want to show it through her character, but she might want to express it through her clothing. So, my client is a woman who understands this, a woman who can express herself through clothing. This is really a challenge because the society needs to be ready for this. It is also one of the reasons why I work on the basics. A basic is neutral and we all tend to use the basics, for example the slim jeans. But does it reflects who we are? No. It is neutral. So I’ll work on the basics because I believe that we are not supposed to remain neutral.

End of PART I: to be continued…

Don’t miss the second part of the interview, where Angela talks about the fashion industry and challenges facing young designers , artists who inspire her and what it takes to succeed. Coming this Friday!!!

You can visit ZWITTER at the new website www.zwitter.fr

***

 

“Zwitter c’est ma passion!”

Dans l’interview  “Zwitter c’est ma passion!”, la jeune créatrice de mode de la marque Zwitter se révèle. Elle parle de sa passion pour la mode, de ses sources d’inspiration et des défis auxquels elle fait face en tant que jeune entrepreneuse. Anticonformiste, elle s’engage courageusement dans une voie où elle ne se plie pas aux tendances. Cette jeune artiste voie la mode comme un art plutôt que comme un business et nous laisse ce message universel: “On n’as qu’une vie. Si on ne fais pas ce qu’on aime et si on ne tente rien, on passe à coté de quelque chose.”

Lieu: WANDERLUST , terrasse située  à coté de la Cité de la Mode et du Design à Paris
Date et l’heure: 9 juillet 2014 à 15h
Angela: Creatrice de mode, créatrice de Zwitter, formation: stylisme & modélisation, age: 26 ans, basé à Paris
Dean: Chargé de la communication web.
L’interview réalisée par: Lana

LS: Peux-tu me parler un peu de ta philosophie?
Angela: Ma philosophie c’est “être soi-même”. Pour moi, la mode doit se trouver dans la rue.  Elle doit permettre à l’individu de mettre sa personnalité en avant. C’est pour cela que je m’inspire des personnes qui m’entourent.
J’ aime certaines maisons de luxe parce que j’ai travaillé pour elles , chez Chloé, chez Givenchy, etc. et je vois le rapport qu’elles ont avec la mode, mais je pense que  parfois ça ne reflète pas forcément la personnalité des clients. Même si j’adore ce qu’elles  font. À travers Zwitter, je peux vraiment révéler la personnalité des gens qui m’inspirent et je peux révéler qui je suis moi-même. Je m’inspire vraiment des personnalités qui m’entourent, c’est comme une étude sur comment vont se sentir les personnes dans la société, qu’est-ce qu’elles recherchent… J’aime être dans cette démarche de savoir comment tu te sens, qu’est-ce que tu ressens, de quoi tu as besoin dans un magasin, de prendre soin de la personne, de savoir comment tu as envie de te réveiller etc. Et après je vais travailler sur ça.
Je n’ai pas envie de tomber dans le “faire du vêtement pour faire du vêtement”. Il faut que ma collection raconte une histoire. À chaque fois ce sont des collections anecdotiques. À travers chaque collection je peux dire ce qui s’est passé à ce moment-là et pourquoi ça m’a inspiré pour telle ou telle collection.

LS: Tu trouves que beaucoup de gens tombent dans “faire du vêtement pour faire du vêtement”?
Angela: Je pourrais pas te répondre pour beaucoup de gens, mais pour moi, si tu regardes la mode, tout se ressemble. Tu as toujours les mêmes coupes, tu as toujours les mêmes tendances. J’ai l’impression que certains créateurs s’ enferment  petit à petit dans une tendance, peut-être parce qu’ils ont peur de ne pas faire des ventes et moi justement je suis anticonformiste. C’est-à-dire que lorsque je travaille sur une collection et je ne me limite pas à un calendrier ou à une tendance. J’ai envie de faire du vêtement, mais j’ai envie de faire un vêtement qui me plaît, qui va me ressembler, ou chaque personne peut se retrouver dedans, peu importe les tendances. Par exemple, je ne pourrais pas te dire quel est la première tendance de cette année parce que ça ne m’intéresse pas. Chaque personne se révèle, chaque personne a ses couleurs préférées et je n’ai pas envie d’obliger une personne à aimer le jaune par exemple. Pour moi, la mode c’est une sorte de grand dressing ou chacun va trouver son bonheur et pouvoir le mixer avec ce qu’il aime et ce qu’il a déjà chez lui.

LS: Comment et quand t’es-tu rendu compte que tu voulais être créatrice de mode?
Angela: J’ai faits des études de mode et j’ai aussi un caractère qui fait que je n’arrive pas à travailler pour quelqu’un. Donc ça fait que dès petite, je savais que je devrais créer  ma boîte. Je savais que je ne voulais pas être salariée. J’ai mis un temps à savoir ce que je voulais faire exactement; mais je savais déjà que je voulais être dans le domaine de la mode.
Je suis une personne qui est un peu hyperactive, c’est-à-dire que chez moi il y a une tonne d’habits, je couds je couds…
Ce métier c’est vraiment une passion pour moi et je suis chanceuse parce que je peux vivre de ça aujourd’hui. J’aime coudre, j’aime habiller des personnes…comme quand on est petit et qu’on joue avec les poupes.
Et donc un jour quand on a vu qu’il y avait une tonne d’habits chez moi, on m’a fortement conseillé de faire quelque chose avec. J’ai commencé à faire un shooting et c’est ainsi que ça a commencé. Ce n’était vraiment pas prémédité. C’est pour ça que je pars d’une optique de la personnalité, parce que ma première collection a été faite ainsi.

LS: Quelle est ta vision pour Zwitter pour cette année?
Angela:”J’aimerais que les gens adhèrent à l’état d’esprit Zwitter et que ça soit vraiment un pilier sur la façon de voir la mode. C’est peut-être prétentieux de dire ça mais c’est ce que j’aimerais.
Dans Zwitter, je travaille beaucoup la coupe et la matière, mais je vais jamais faire des prix exorbitant. Parce que je suis contre cette mode qui est trop chère et qui est faite  que pour  certains privilégiés. Je veux une belle mode, des belles coupes mais qui descend dans la rue.
J’aimerai plus pousser au niveau de l’homme chez Zwitter, c’est quelque chose que je cherche à développer. Et l’accessoire aussi, surtout la bagagerie. Ayant travaillé chez Chloe dans la maroquinerie, je me suis rendue compte que c’est vraiment quelque chose que j’aime. C’est quelque chose que tout le monde peut porter, qui se porte tout le temps par tout. Un sac sa devient comme son meilleur ami. Il y un lien d’intimité qui se dévelope surtout chez la femme.

LS: Quel est le type de personnes à qui tu t’addresse ?
Angela: Le type de personne que je vais toucher,  c’est une personne qui va vraiment assumer la personne qu’elle veut être. La nouvelle collection représente la femme d’aujourd’hui. Je pense que nous avons tous deux aspects de personnalité. On a ce qu’on veut monter et ce qu’on est. La nouvelle collection c’est exactement ça. Il y a beaucoup de transparence, elle est “borderline” entre la sensualité et le correct. La femme elle a envie de plaire, de se mettre en valeur et d’être jolie mais sans partir dans le vulgaire. La femme devient de plus en plus forte et elle montre ce qu’elle a envie de montrer. C’est pour ça que l’opacité du vêtement est vraiment borderline. Par exemple sur les jupes l’opacité va monter jusqu’aux les fesses, mais elle va jamais montrer ce qu’elle ne doit pas montrer. Il y aura aussi beaucoup de vêtements en faux-semblant, il va y avoir des grandes jupes que portaient nos mamans à l’esprit de danse contemporaine avec un voilage très subtil et transparent à certains angles de la lumière. Ça joue beaucoup là-dessus: tu peux voir, mais tu peux voir que ce que je veux te montrer. Et je pense que ça reflète exactement le caractère de la femme, surtout de la femme d’aujourd’hui. Il y a toujours cet aspect femme sensible, femme sensuelle, et femme d’aujourd’hui qui arrive à avoir la mesure de ce qu’elle peut montrer sans jamais rentrer dans la vulgarité.

LS: Tu n’as pas choisi le plus simple..
Angela: Non, je n’ai pas choisi le plus simple parce que ça sert à rien de faire des choses simples. Sur une collection un créateur il faut qu’il se challenge. Ça sert à rien de faire de la mode pour de la mode ou du vêtement pour faire du vêtement. Il faut que le vêtement il ait une histoire derrière. Il y a tellement de concurrence que si on n’a pas une histoire derrière, ça ne sert à rien. Surtout quand on est jeune créateur. Parce que si je veux juste acheter un vêtement classique, je vais dans n’importe quel magasin en bas de chez moi. Si j’achète un vêtement d’un créateur, je veux qu’il y ait une histoire parce que c’est un vêtement que je vais garder pendant des années. Je veux que ça soit un vêtement qui raconte mon histoire, qui vive avec moi. En tout cas c’est ma démarche quand je fais un vêtement. Je veux que la cliente ressorte avec son histoire dans les mains et qu’elle puise s’habiller facilement avec ma jupe.  Par exemple, si mon vêtement peut être un minimum excentrique, il va coller avec une personne qui est un peu excentrique mais qui ne veut pas forcement le montrer au niveau de son caractère, mais qui a travers son vêtement peut vraiment refléter ce qu’elle est. Donc, ma cliente sera une femme qui a compris ça, qui va arriver à s’extérioriser à travers son vêtement. Et c’est vraiment un challenge parce que la société doit être prête à ça. Pour ces raisons je retravaille les basiques, parce que pour moi un basic reste neutre et on a tous la facilité de mettre un basic, un jeans etc. Mais est-ce que ça reflète ce qu’on est? Non. C’est neutre. Donc je vais retravailler les basics parce qu’on n’est pas censé rester neutre.

Fin de la premiere PARTIE…à suivre!

Dans la deuxième partie de l’interview, Angela parle de l’industrie de la mode et ses défis, des artistes qui l’inspirent et de ce qu’il faut pour réussir. A ne pas manquer ce Vendredi!!

Le nouveau site web de ZWITTER est en ligne! www.zwitter.fr

Lana

MY 7 CHOSEN WORDS: 1.Love 2.Stubborn 3.Dreamy 4.Fruity fragrance 5.Stories 6.Extraordinary 7.Humans lana@lestandart.com

Comments are closed.